20210602_083720.jpeg

Témoignage de 
Maïwenn et Ludo

Une si belle aventure

Cet hiver, on a décidé de tenter l’ascension du Mont Blanc. C’est en discutant avec notre guide qui nous a fait découvrir le ski de randonnée, son coté sportif et ouvert en grand sur la nature, que
l’idée a commencer à trotter.
Il fallait alors se renseigner un peu ! Commencer à s’équiper et à s’entraîner! On est assez sportif, course, vélo, tennis, mais on s’est dit qu’il fallait aussi un entraînement un peu spécifique, alors on
a bien sûr pensé à Alex. On l’avait rencontré grâce à une amie l’année dernière, et on a depuis pris plaisir à découvrir le coaching Pilates « en visio » seul, à 2, avec l’un ou l’autre des enfants.

Pour aller plus loin dans l'accompagnement, nous avons ensuite pris des cours à domicile.


On n’avait peu de temps, un gros mois, mais Alex a pu trouver des exercices, chez nous cette fois, toujours variés, ludiques, avec plein de matériel, ballons, balles, cordes …adaptés à ce que nous
allions rencontrer, affronter. Du renforcement global focalisé sur les membres inférieurs, et la respiration Pilates bien sur.

Nous avons pu aussi évoquer la gestion du stress éventuel lié au vertige. Alex nous a aussi conseillé de grimper les terrils, alors c’était parti : Raismes, Loos en Gohelle… C’est ça quand on habite dans le Nord et qu’on veut découvrir le sommet des Alpes !


Après notre « guide Pilate », on est partis rencontrer notre guide de Haute Montagne, qui nous a fait découvrir l’Alpinisme, nous a permis de nous retrouver dans de magnifiques espaces, en toute
sécurité. Et là, grande découverte, avec bâton, piolet, crampons, casque, encordés et bien équipés, on a tout appris ! La montée surtout, en positionnant bien ses crampons, l’escalade. On
s’est vite retrouvé en haut des pointes, des arrêtes, en descente en rappel, à se retrouver avec le grand vide à droite…et à gauche, à repérer les séracs. Et là, on a pensé à notre respiration Pilates
pour maitriser notre appréhension !
On a découvert les refuges, la soupe au fromage, les dortoirs, le confort simple, la sieste de récupération et le réveil au milieu de la nuit pour partir, seuls au milieu de ces espaces immenses :
le couloir et l’arrête du Gouter, à la frontale, sur les pentes enneigées. Du bonheur ! Tout était particulièrement enneigé à cette période, on a continué : le dôme du Gouter, le refuge Vallot, puis
le vent, la neige, et une réelle fatigue ont eu raison de nous ,et nous ont dit de faire demi tour.
On a atteint « notre Mont Blanc » à 4500m, il restait seulement 2 ou 3 terrils! Mais il était temps de redescendre, avec la récompense de la grande luge (sur les fesses), et la joie d’avoir vécu une si belle aventure.

 


Merci à Alex de nous avoir aidé à atteindre notre sommet !


Maïwenn et Ludo.